• Bientôt un quad ?

    Je n'ai jamais été attirée par les sports mécaniques.

    D'abord, ma conception du sport s'est longtemps limitée à la maitrise de mon corps, à l'exploitation de mon potentiel, au dépassement des mes limites. Une sorte d'exploration intérieure. Peu à peu mes limites se sont mêlées à celles de l'environnement. Ressentir  les cailloux sous les pieds, le dénivelé dans les cuisses, l'odeur des rivières, les contours des rochers, le bruit du vent dans les arbres, le gout du casse-croute au sauciflard avalé le cul posé sur une souche, c'est ça que je recherche.

    De fait, j'avais du mal à comprendre le plaisir qu'on peut prendre à pratiquer un sport qui ne soit pas respectueux de la nature. Et avec les sports mécaniques – motocross, quad ou autre, on est dans le rouge en permanence : ça  pollue, ça fait du bruit, ça dérange les animaux, ça esquinte les espaces naturels.

    Ce n'est pas le corps qu'il faut maitriser, mais une machine. Quel intérêt ?

    Et puis, les sports mécaniques, c'est dangereux. Contraignant. Ça coute cher.

    Pour résumer, je n'ai jamais eu aucune raison de m'y intéresser. Les images que je pouvais voir à la télé (quand j'en avais une !) m'impressionnaient, bien entendu, mais de manière très distante, sans aucune sorte d'implication personnelle.

    Comme quoi…

    Curieuse et toujours avare de nouvelles expériences, j'aime bien essayer les choses avant de rejeter en bloc ou d'adhérer aveuglément. Et il se trouve qu'on m'a donné l'occasion d'une balade en sidecar, vous savez, ce truc ringard qui faisait rêver mon frère quand on était gosses, et qui me paraissait tellement exotique que je n'aurais jamais cru en voir un de près un jour.

     

    Bientôt un quad ?

     

    Ringard, le sidecar ? En fait, je lui trouve un charme un peu rétro. C'est même la classe de se balader là-dedans !

     

    Les gars décident de faire un peu de cross avant la promenade et le side me parait bien sage à côté de leurs motos.

    Sage, le sidecar ?

    Il aura pas fallu vingt mètres pour me prouver le contraire ! Ptain qu'ça dépote ! Le sourire jusqu'aux oreilles je me laisse rudement secouer en appréciant les capacités tout terrain de l'engin. Je me surprends même à rêver de piloter un quad !  Rien à voir avec ce que j'imaginais, ça passe partout cette bête-là. Ou presque…

    Nous voilà un peu enlisés, faut sortir et pousser. Il est lourd le bestiau, mais par chance on peut le balancer et donner plus de force à la poussée. Et ça repart… Encore un ou deux tours, un beau plantage de  moto dans une grosse flaque, puis on se rassemble pour la suite des évènements.

    Nous progressons un peu sur route. Il ne sera pas possible d'emprunter les chemins trop boueux aujourd'hui, mon homme n'a pas les pneus adaptés pour le cross et il galère vraiment. On parvient à trouver des chemins pavés ou à graviers avec plein de trous, je prends à nouveau une bonne dose de shaker et des flaques plein la tête. Avec la vessie pleine c'est un peu moins drôle mais je m'efforce de faire abstraction, faudrait pas gâcher la fête. Quelques secousses plus tard on s'arrête dans un bosquet.

     

    Bientôt un quad ?

     

    Pause photo, c'est déjà la fin du périple. Enfin, presque…

    Parce que le pilote a décidé de ne pas faire comme tout le monde, et que moi n'y connaissant rien, je n'ai pas voulu le contrarier. Et il y en a un qui nous a regardés, hein Peter, et qui nous a dit : oui oui c'est bon !

    C'est bon ?

    On y va !

    … plouf dans le champ.

    Alors le plouf vient tout simplement du fait qu'il n'a pas arrêté de flotter les semaines précédentes et que le champ en question tient plus du marécage que de la pâture. Rien qu'en m'extirpant du panier je me suis enfoncée jusqu'au dessus des chevilles, alors concernant l'engin de deux ou trois cent kilos je vous laisse imaginer le travail.

    Il aura fallu quelques coups de pelle et les muscles de huit bras autrement plus costauds que les miens pour dégager le véhicule, mais finalement tout s'est bien terminé. On a juste pris un peu de retard sur l'horaire qui était prévu...

     

    Je suis sous le charme. J'ai envie de piloter. Pas une moto, non, déjà qu'en vélo je manque de me planter dès qu'il y a un peu de boue sur la route… Mais un quad me semble idéal. Pas de recherche d'équilibre, moins de risque de chute… et j'imagine que les sensations doivent être assez proches de celles du sidecar.

    Cette envie n'est absolument pas réalisable dans l'immédiat. Mais un jour, peut-être ? En tout cas, je remercie vivement Alex pour cette découverte, et les copains qui ont bien voulu que je les accompagne.

    Et au fait, ce weekend c'est le Touquet !

     

    Bientôt un quad ?

    « Ça s'en va... mais ça revient De l'air... ou du vent »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    La bourrique
    Lundi 3 Février 2014 à 23:00

    Comme quoi...  La moto ? c'est du sport... de l'endurance ou de la cadence. Du dépaysement grandeur nature... Faut pas mollir.

     

    2
    Sly
    Lundi 3 Février 2014 à 23:44

    moi j'aime bien les quads quand ils arrivent en sens inverse sur un étroit chemin de campagne et qu'ils s'arrêtent pour te laisser passer.


    hier c'était dimanche, il faisait beau au milieu des collines de chênes lièges, mais le mec m'a pas laissé passer et m'a obligé à me retrancher dans les buissons kipik


    grrrr

    3
    Mardi 4 Février 2014 à 09:34

    C'est une évidence, on ralentit quand y'a des gens ! Quel gros con ce type !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :