• C'est ma voie

    Pour progresser faut bosser, il n'y a pas de miracle. Et le boulot paye, peut-être pas aussi bien qu'on ne le voudrait mais un petit progrès vaut mieux que rien du tout.

    Mes deux séances d'escalade par semaine commencent à porter leurs fruits, et c'est d'autant plus vrai que les activités sont variées.

    Alors quand j'ai eu l'occasion d'ouvrir ma première voie, je n'ai pas hésité longtemps, même si je n'aurais jamais cru en être capable.

    Un mur d'escalade doit se renouveler pour garder un peu de fraicheur. De temps en temps (trop rarement malheureusement), des bénévoles passionnés travaillent pour offrir un peu de nouveauté à nos murs vieillissants et je me suis proposée de donner un coup de main, au moins pour démonter les voies un peu nulles ou défraichies.

    Ce jour-là, on n'avait pas le droit de démonter (une sombre histoire de bac blanc) alors… OK, on va monter !

    Le stress des premières fois s'installe tranquillement : et si je n'y arrive pas ? Et si ma voie est nulle ? Et si les mouvements ne sont pas "beaux" ? Comment être certaine de faire la cote qu'on me demande, 4B en l'occurrence ? Dans le pire des cas, c'est pas grave, on démonte et on recommence. Mais le but est quand même d'avancer dans le travail…

    Alors comme dans tous les moments de doute et d'hésitation que j'ai pu rencontrer jusqu'à présent, la question finale, ultime et décisive, est la suivante : j'ai envie ou pas ? Si c'est oui, tant pis pour le reste, je fonce.

     

    Première étape : trier les prises. Les grosses, les petites, celles qu'on a bien en main, celles qui nécessitent un peu de doigté, celles pour les mains, pour les pieds, mixtes.

    Seconde étape : dessiner mentalement l'itinéraire de la voie. Perso je les préfère lorsqu'elles ne filent pas tout droit. Un petit zigzag histoire de ne pas avoir l'impression de monter une échelle, c'est parti.

    Troisième étape : le départ. Je commence par le bas, ce n'est pas une règle absolue mais je préfère savoir ce que je fais. Je m'imagine en train de grimper : j'aime commencer de profil, je simule, main droite pied gauche, hop ! C'est vissé !

    Je continue, on m'a demandé d'en faire une qui ne soit pas trop difficile. J'essaie au moins de la rendre agréable et fluide, avec des mouvements variés. Deux mètres plus haut, déjà ! Il est temps de s'encorder.

    Manipulation du fameux grigri, le descendeur autobloquant que je rêve en secret d'essayer depuis la première fois que j'en ai entendu parler. Avec ça, on grimpe et on s'assure tout seul. Cet outil est essentiellement utilisé pour les travaux de montage/démontage, car on est souvent coupé dans l'élan de la grimpe pour s'auto assurer.

    En plus de grimper soi-même, il faut faire monter la caisse avec les prises et les outils en même temps, sur la corde à côté. Avec un autre grigri. C'est toute une organisation mais je m'y fais assez vite. J'aime beaucoup, en fait ! Je monte, je redescends pour tester le mouvement, toutes les deux ou trois prises je m'assure de la fluidité de la grimpe. Cette façon de procéder est longue et fatigante car il faut reprendre et répéter les enchainements au fil du montage, mais c'est le gage de créer une voie qui soit du niveau voulu (ou à peu près).

    Ma voie terminée, elle ne ressemble pas vraiment à ce que j'imaginais. Le chemin n'est pas évident au premier abord, certains testeurs la prennent d'une manière différente de celle que j'ai conçue. On me dit que ce n'est pas trop mal, on hésite un peu sur la cotation… Moi, je n'ai pas le recul nécessaire. Je l'aime bien parce que c'est la mienne, mais… il faut attendre les avis qui seront émis dans la semaine par les différents utilisateurs.

    Pas de problème, on n'y a pas touché. La cotation proposée est 4C+, ou 5A. J'ai tapé un peu haut par rapport à la consigne mais l'important est qu'elle soit fonctionnelle.

    J'ai remis ça pour une 5B la semaine suivante. Démontage d'une vieille voie pour en créer une nouvelle, je propose encore un départ de profil. Main gauche pied droit cette fois-ci. J'ai un peu de mal à concevoir des mouvements variés, et je dois aussi viser une difficulté au dessus de ma voie précédente. J'ai mis plus de temps, j'ai bloqué sur un passage foireux, et j'ai fini par demander à un partenaire de tester pour voir ce qui n'allait pas. Après quelques ajustements, on a fini par en venir à bout !

    Ces ouvertures me plaisent énormément. Le fait d'imaginer des mouvements est très enrichissant, après ça on regarde les voies avec d'un autre œil et on a la satisfaction de participer à l'évolution du mur, que des tas d'autres gens empruntent tous les jours. Une manière de laisser sa marque, même si elle n'est qu'éphémère…

     

    « La brassière (presque) parfaiteLe trail des Givrés »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Février 2013 à 21:40
    Jo'Run

    Un article effectivement très différent de la CAP. Un article en hauteur ;) et très technique (trop?) La prochaine fois, je demande un article avec des explications sur les 5B, 5A, 4C+, ... ;)

    2
    Samedi 9 Février 2013 à 21:40
    Jo'Run

    Oups, oui et j'aime beaucoup ce nouveau nom de blog ;)

     

    3
    Samedi 9 Février 2013 à 21:52
    julien D
    Très sympa cet article.
    Ça m'a bien donné envie !Si seulement j'avais le temps de m'y remettre
    4
    Capsulle Profil de Capsulle
    Samedi 9 Février 2013 à 21:54

    Merci Jo et Ju ! En fait la cotation des voies est graduelle : 4 c'est assez simple, 5 ça commence à être intéressant, 6, j'en suis pas encore là... et A, B, C c'est pareil, une 4A est plus facile qu'une 4B ou qu'une 4C. Le + est une gradation supplémentaire. Une 4C+ est proche d'une 5A.

     

    5
    Samedi 9 Février 2013 à 22:39
    julien D
    Tu as passé combien ?
    6
    Samedi 9 Février 2013 à 22:41
    Jo'Run

    Là, c'est beaucoup mieux ;) Merci Capsulle pour les explications.

     

    7
    Capsulle Profil de Capsulle
    Samedi 9 Février 2013 à 23:08

    J'en suis au 5C, avec un peu de mal ! Des fois je m'essaie sur des débuts de 6A, mais juste les débuts...

    Et dans la deuxième salle, celle du mardi, c'est coté assez dur : même les voies de niveau 4 sont difficiles.

    8
    Dimanche 10 Février 2013 à 07:56
    dd2012

    Bravo, je suis un peu comme Julien : tenté mais j'ai pas le temps ;-)
    Un pote m'a fait testé en Alsace un mur, j'ai vraiment trouvé ça sympa. Même si après 30 minutes j'avais plus d'avant bras ;-)

    C'est plus technique qu'il n'y parait l'escalade.

    9
    Capsulle Profil de Capsulle
    Dimanche 10 Février 2013 à 12:41

    Ah les avants bras ! On comprend assez vite que c'est les jambes qui doivent pousser, les bras ne sont là que pour l'équilibre. Enfin j'exagère un peu mais c'est l'idée.

    10
    Lundi 11 Février 2013 à 11:32

    Toujours un plaisir de voir que le travail paie et que les efforts fournissent des résultats... 
    Faut continuer dans cette voie là ;-)

    11
    Capsulle Profil de Capsulle
    Lundi 11 Février 2013 à 17:47

    Certainement ! Celle-là ou une autre

    12
    Lundi 11 Février 2013 à 18:42
    Julien D
    @david : mon problème avec ce genre de billet qui donne envie, c'est que de la grimpe j'en ai fait beaucoup. Mais ça c'était avant ;-)
    13
    Mardi 12 Février 2013 à 20:04

    cool de lire autre chose que la cap. Bravo à toi

    14
    Jeudi 14 Février 2013 à 10:28

    Très bon article, Càp’s !
    Ça doit être une super expérience de créer sa propre voie, génial.

    J'ai commencé l'escalade il y a quelques semaines, comme je t'avais dit. C'est excellent, je m'éclate, les sensations sont sublimes, on se sent vivant, c'est un truc de fou !!
    Au plaisir de te lire
    A+
    Will

     

    15
    Capsulle Profil de Capsulle
    Jeudi 14 Février 2013 à 18:50

    Génial ! En plus par chez toi tu dois avoir de nombreux sites naturels, profites-en un max !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :