• Cinéma

    Les quelques films qui m'ont sévèrement impressionnée (et seulement ceux-là).

  • Coup de blues de rigueur ce soir, je repense à ce film bien sympathique et qui met de bonne humeur. Votre vie est pourrie, vous ratez même votre suicide ? Engagez donc un tueur, il s'occupera de tout ! Attention, ce film n'est pas un film d'action.

     

    J'ai engagé un tueur

    La bande annonce

    J'ai engagé un tueur, Aki Kaurismaki, 1991


    2 commentaires
  • Sans aucun doute, la palme du film le plus affreux que j'ai jamais vu. Tout est à vomir dans ce film. Personnages, décors, éclairage, scénario, on est plongé dans une ambiance repoussante et malsaine du début à la fin. J'ai tenu jusqu'au bout par pur masochisme pervers, pour voir jusqu'où on pouvait pousser les limites du mauvais gout. Et je n'ai pas été déçue : la barre a été placée très haut. Une expérience cinématographique grandiose et unique, magnifique.

    Voici la bande annonce, et une très bonne critique sur le site strange movies.


    votre commentaire
  • Les Harmonies Werckmeister  On le dit mieux que moi ici.

     

     

     

     

    Je ne saurais pas dire pourquoi ce film me fascine. On y est sensible ou pas. Les plans séquences très longs, très lents en rebuteront plus d'un, alors que d'autres se laisseront submerger par la beauté des images et des émotions qu'elles suggèrent. La force de ce film est bien là : le temps et l'espace sont étirés, distordus, le silence est parlant.

    Une des scènes les plus spectaculaires nous montre une foule déterminée, qui se dirige vers un hôpital afin de le saccager. La marche est silencieuse, on entend le bruit des milliers de pas mais aucune voix ne s'élève de ce cortège inquiétant. La scène se poursuit sans un mot et se termine brusquement (le vieil homme dans la douche) sur une touche musicale dramatique, d'une tristesse qu'on éprouve jusqu'au fond des tripes. Je n'ai pas les mots pour décrire ce que j'ai ressenti à ce moment-là.

    Il est peut-être là le génie de Bela Tarr : chacun de ses plans provoque des émotions multiples, complexes, contradictoires, inhabituelles. Dérangeantes, même. On en redemande.


    2 commentaires