• Escalade troisième : les chaussons de la mort

    Avant cette troisième séance, je me suis renseignée un peu sur les chaussons d'escalade, et d'après ce que j'ai pu lire il faut avoir le pied très serré dedans, et il est d'usage de prendre une ou deux pointures en dessous de sa taille habituelle. Déjà, cela ne me plait guère. C'est en totale opposition avec la démarche Fivefingers. Bon, il faut d'abord essayer avant de juger mais j'ai un mauvais pressentiment.

    En attendant de partir à la recherche de véritables chaussons d'escalade, je voulais continuer à grimper en VFF. Les sensations sont très sympas et pour l'instant, mes orteils supportent bien les prises qui jalonnent les voies de niveau 4, même si l'adhérence est parfois un peu aléatoire. Mais ce soir-là, j'ai eu l'occasion d'essayer deux paires de chaussons différents. L'une chaussait une taille de plus que la mienne, l'autre une de moins.

    J'ai d'abord essayé la plus petite, pour faire comme il faut.

    Yaaargl !

    Je me demande bien qui a pu avoir l'idée de se martyriser les pieds à ce point ! Faut-il être insensible à la douleur ? J'avais les orteils complètement recroquevillés, les phalanges qui frottaient sur le haut du chausson, une pression insoutenable dans tout le pied. Et le pire c'est que ça semble normal ! J'ai enlevé ça aussitôt, je refuse de m'infliger un tel supplice, quitte à passer pour une chochotte.

    J'ai donc essayé l'autre paire, censée être plus grande.

    Re-yaaargl !

    Même chose. J'ai à peine senti la différence : orteils recroquevillés au maximum, phalanges qui frottent, pression partout, le simple fait de me mettre debout quelques secondes m'a donné l'impression de me faire broyer les pieds par je ne sais quoi.

    Je voulais pourtant y mettre de la bonne volonté mais vraiment, c'est dur.

    J'ai remis mes VFF.

    Et puis sur une voie un peu compliquée pour mon niveau, j'ai quand même voulu essayer de voir ce que ça pouvait donner avec les chaussons. Je les ai donc remis. Je me suis rapprochée du mur en boitant, c'est vraiment insupportable, et j'ai commencé à grimper.

    Bon, le point positif c'est qu'effectivement, les prises sont meilleures avec les chaussons. Du moins quand on arrive à avoir un appui pas trop douloureux, ce qui n'a pas été mon cas.

    D'ailleurs au bout du troisième, il fallait s'y attendre, j'ai eu une méga crampe dans le pied (j'y suis sujette assez régulièrement, dès que j'ai le pied en pointe), je suis redescendue et j'ai laissé tomber les chaussons pour cette fois. Même avec la meilleure volonté du monde, ça ne passe pas.

    J'ai fini la séance avec mes orteils, et c'était très agréable.

     

    J'ai quand même décidé de partir à la recherche de chaussons qui pourraient être portés plus facilement. Et j'en ai trouvés, je les ai essayés en magasin : ils serrent un peu et j'arrive bien au bout, le tendon d'Achille est assez coupant, mais au moins mes orteils sont dans le bon sens.

    Escalade troisième : les chaussons de la mort   Escalade troisième : les chaussons de la mort

    Je crois que j'alternerai pendant les séances suivantes entre les chaussons pour la technique, et les VFF pour le plaisir.

    J'en ai profité pour m'acheter un super baudrier, d'un confort absolu, un vrai truc de pro que mon niveau de pratique ne justifie absolument pas mais tant pis. C'est ma petite revanche sur les chaussons de torture.

    Escalade troisième : les chaussons de la mort     Escalade troisième : les chaussons de la mort

    Escalade troisième : les chaussons de la mort

    « Etudes sur la relation entre les chaussures de course et les blessures du piedL'Homme-dé »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :