• Étape 7 : du Roselier à Port-Goret

    GR 34 : Le Sentier des Douaniers

     

    On se lève très tôt et on profite du temps sec pour plier bagage, juste à temps pour éviter les quelques gouttes qui se mettent à tomber histoire de nous contrarier. On se met en route tout de suite après un bon café et encore une fois je laisse Richard derrière moi et je profite seule du paysage grisonnant.

     

    Étape 7 : du Roselier à Port-Goret

     

    Passée la plage des Rosaires, c'est un beau sentier bien escarpé qui mène à Binic, la prochaine ville. Ça n'arrête pas de monter et descendre et je suis bien contente d'être ici en début de journée plutôt qu'avec 20 bornes dans les pattes !

     

    Étape 7 : du Roselier à Port-Goret

     

    Lorsque j'arrive à Binic une petite pluie recommence à tomber, je trouve une supérette et je casse la croute sous un pin. Les conifères font d'excellents parapluies, ils retiennent l'eau plus longtemps que les autres arbres. Toutefois, je commence à me refroidir au bout d'un moment et la pluie s'intensifie alors j'entre dans un café pour prendre un chocolat chaud et attendre bien au sec.

    J'hésite un instant à rester dans la ville et à prendre un hôtel pour passer une nuit au chaud, parce que la pluie semble bien installée, et puis zut ! Je ne suis pas là pour m'enfermer entre quatre murs alors pluie ou pas, j'avancerai !

    Je me couvre et je continue mon périple. Au fond de moi je me dis que c'est la Bretagne, qu'il fait beau deux fois par jour, et que dans une heure ou deux le temps changera.

     

    Étape 7 : du Roselier à Port-Goret

    Étape 7 : du Roselier à Port-Goret

     

    Effectivement, il semblerait que par là-bas le ciel s'éclaircisse…

     

    Étape 7 : du Roselier à Port-Goret

     

    Le sentier longe des propriétés majestueuses, qu'il faut parfois contourner lorsqu'elles s'avancent jusqu'au bord de la falaise. Encore une fois, je me demande dans quel monde vivent ces riches propriétaires, sans les envier mais avec le sentiment qu'ils nous volent injustement une partie du sentier, une partie de la Terre qui devrait être à tout le monde.

    Lorsque j'arrive à Saint-Quay-Portrieux, il fait presque beau et mes vêtements sèchent sur pied. Je pense avoir définitivement perdu Richard.

    Ville pénible à traverser, comme d'habitude. Je décide d'établir le campement à la sortie de la ville, dès que possible.

    Je tombe sous le charme d'un petit coin de paradis, je décide immédiatement d'y installer le bivouac. Il me reste du pain et du pâté que je savoure en absorbant chaque particule de cet environnement : soleil, vent, bruit de la mer, palette de couleurs, végétation… Du bonheur à l'état pur.

     

    Étape 7 : du Roselier à Port-Goret

     

    "Eh dis-donc, tu as tracé toi, aujourd'hui !" Avec son accent devenu familier, Richard arrive d'un bon pas et on tape la discute deux minutes, puis il continue son chemin. Il fait beau et il veut en profiter pour avancer. Le voilà devant moi maintenant !

    La soirée commence à peine, je sors mon topoguide pour estimer la distance qu'il me reste à parcourir jusqu'à Paimpol. Coup de cafard : j'y serai dans deux jours. C'est mon avant-dernier bivouac.

     

    Étape 7 : du Roselier à Port-Goret

     

    Je m'allonge dans la tente en laissant juste la moustiquaire afin de ne rien perdre du paysage. Tant qu'il fera jour, je m'en imprègnerai.

     

    Vue d'ensemble (cliquer pour agrandir)

    Étape 7 : du Roselier à Port-Goret

    Étape 0 : de Saint-Malo au Nick

    Étape 1 : du Nick à la pointe de la Pépinais

    Étape 2 : de la Pépinais à la pointe Saint-Efficace

    Étape 3 : de Saint-Efficace à Pléhérel-Plage (camping)

    Étape 4 : de Pléhérel-Plage à Caroual

    Étape 5 : de Caroual à Bonabry (camping)

    Étape 6 : de Bonabry à la pointe du Roselier

    suite :

    Étape 8 et fin : de Port-Goret au moulin du Craca (Plouezec) puis à Paimpol

    Bilan