• Jean Marc Forceville

    Directement inspirées du Cri de Munch, ces sculptures frappent par l'expressivité des visages à  l'agonie, traduisant la souffrance et le désepoir de l'être humain. Il n'en reste que la tête, ultime réceptacle des tourments que la vie peut infliger, figée dans un hurlement sans fin. Il n'y a aucune échapatoire à la condition humaine.

    Jean Marc  Forceville

    J'ai acquis les trois sculptures sur tige (39 cm de hauteur) en 2005, et la plus grosse (25 cm) en 2011. Jean Marc Forceville est un artiste local qui a beaucoup de talent. Il crée essentiellement des tableaux, des sculptures et des gravures.

    « Des chaussures et des blessuresRoute 66 »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :