• Aujourd'hui, sortie en Nike. J'avais dit que je ne les remettrais plus pour courir mais comme j'ai un léger début de douleur au métatarse droit, j'ai préféré ne pas forcer avec les VFF. Me voilà donc partie pour un petit tour de décrassage de lendemain de soirée.

    Les contractures du mollet ne se sont pas fait attendre, mais elles restent légères tant que je ne cours pas trop longtemps. Une petite demi-heure a suffit pendant laquelle j'ai pu constater que la Lys regagnait tranquillement son lit après en être sortie quelques jours.

     

    Suite du programme

     

    À la lecture des conseils prodigués pendant la conférence de Blaise Dubois (à laquelle j'aurais aimé assister, merci Sydoky), je vais essayer de modifier mon entrainement : courir deux ou trois fois dans la semaine en VFF et une fois le weekend en Nike, histoire de varier les plaisirs. Le tout étant de s'y tenir, pas facile après le boulot !


    votre commentaire
  • Choisir et renoncer...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La progressivité est de mise !

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • mizuno wave alchemy 11

    Il y a deux ans j'ai vaguement entendu parler de la course pied-nus. Avare de nouvelle expérience j'ai voulu tenter…en chaussettes ou avec des chaussures à semelle plus fine et flexible. Il faut croire que je n'ai pas fait les bons choix. J'ai dû reprendre mes mizunos après trois mois d'arrêt suite à des douleurs inexpliquées au niveau du tibia. Je n'ai pas consulté de spécialiste, j'ai juste attendu que ça passe.

    Entre temps, des articles de plus en plus précis et documentés se sont mis à fleurir sur la toile. Il faut dire que le marché de la chaussure minimaliste ne demande qu'à se développer, il est actuellement en plein essor et de plus en plus de coureurs s'y sont mis avec succès. Après de nombreuses lectures j'ai décidé de tenter à nouveau l'expérience…

    Pourquoi?

    Je n'ai jamais été blessée avec les mizunos, je tiens les 10 km à l'aise deux fois par semaine, à allure pépère (9 km/h), je ne cherche ni la compétition ni la performance, juste le bien être.

    Justement, le bien être, parlons-en.

    Je me force à les faire, ces 10 km, pour garder l'habitude, la santé, par autodiscipline, par peur de prendre du poids, de perdre du muscle.

    Mais surement pas par plaisir.

    Je ne veux pas courir plus loin car je sais que mon corps a ses limites. Et la raison inavouée, honteuse, de cette réticence, c'est qu'avant même de commencer à courir je veux en avoir fini. Je m'ennuie.

    Et cet ennui se répète deux fois par semaine, pendant mes temps de loisir. Il faut trouver une alternative.

     

    Un jour, en glanant sur le net des informations sur les régimes et la perte de poids, je remarque une paire de Vibram Five Fingers en photo sur un site. J'entreprends une recherche au sujet de ces drôles de chaussures. Les sources ne manquent pas, je lis tout ce que je peux, ça m'intéresse. Je m'imagine avec ça aux pieds. Je m'imprègne de tous les conseils des coureurs expérimentés en la matière et je note un site particulièrement intéressant sur la comparaison de différentes chaussures de running : ici.

    Le site de Blaise Dubois est aussi très intéressant en la matière, je m'y suis référée de nombreuses fois pour les conseils qu'il prodigue en matière de renforcement musculaire. Il propose lui aussi un comparatif de chaussures, moins détaillé mais plus complet ici.

    Les raisons invoquées en faveur du passage au presque pieds nus sont principalement le retour aux sources et la diminution du risque de blessures. Je note que ceux qui ont testé sérieusement le minimalisme sont globalement satisfaits de leur expérience. Je ne parlerai pas de ses détracteurs, qui manquent à mon avis de l'expérience personnelle nécessaire pour avoir un point de vue crédible.

    Je ne m'engagerai pas non plus dans les débats scientifiques en la matière. Il y a quelques études sur le sujet, la principale source des barefooteurs étant l'étude de Daniel E. Lieberman sur la biomécanique de la course (plus de renseignements ici), mais il faut garder à l'esprit que rien n'est encore rigoureusement prouvé dans ce domaine.

     

    J'avance donc à l'intuition. J'ai envie d'essayer parce que j'y crois.

     

    L'aventure commence…


    votre commentaire
  • J'ai commencé la course en 2004 pour préparer un concours, que j'ai obtenu.

    J'ai continué à courir pour ne pas perdre l'habitude : il aurait été dommage de ne pas continuer, ce fut tellement difficile de m'y mettre! Autant conserver les bénéfices de cette saine pratique.

    J'en suis arrivée tranquillement à courir deux fois 10 km par semaine. C'est un rythme qui me convient et que je compte récupérer le plus rapidement possible, mais dans lequel je commençais à m'ennuyer sérieusement. J'ai donc décidé de changer ma manière de m'entrainer, de me donner des nouveaux objectifs.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique