• Route 66

    Quand j'ai vu ce tableau intitulé Orage sur des champs moissoneux la première fois, exposé dans une boutique de matériel audio - hifi de Lille, je me suis dit : Quel horrible tableau ! D'autant qu'il était entouré d'un cadre affreux genre beige vieilli avec des moulures et tout et tout. Cependant, mon regard était irrésistiblement attiré par cette route déserte écrasée par un ciel menaçant, sans âme qui vive, menant à l'infini. Et puis lors de mes visites suivantes à la boutique, j'étais à chaque fois  hypnotisée par ce paysage, jusqu'à ne regarder plus que ça, au point même de le trouver magnifique. Quand je regarde ce tableau, j'ai l'impression que je pourrais me perdre à l'intérieur de moi-même, comme si j'étais attirée par le ciel de plus en plus sombre, comme si j'avais le vertige. C'est très difficile à expliquer. Et j'ai beau y être maintenant habituée, ça fonctionne encore.

    Route 66

    Lorsque quelque chose m'obsède, je me donne les moyens d'aller jusqu'au bout : je me suis renseignée sur l'auteur (Jean Luc Golab, un gars du coin, ses autres paysages me plaisent beaucoup moins) et sur le prix. À ma portée. Ou plutôt à celle de mon conjoint (un beau cadeau d'anniversaire).

    Maintenant, il est dans mon salon (sans son cadre), et je m'y perds assez régulièrement !

    « Jean Marc ForcevilleNouvelles recommandations »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Avril 2012 à 08:56

    Pour rester dans le thème du tableau, il me semble que l’on appelle ça, un coup de foudre à retardement… 


    @+

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :