• Ultra marathons : préparation

    Après une longue pause dans mon travail de traduction, l'envie est revenue de continuer à partager la lecture de ce guide. Pourquoi ? D'abord je n'aime pas faire les choses à moitié, et laisser un travail inachevé me pose problème. Ensuite, et surtout, les ultras sont pour moi un rêve qui, j'en suis maintenant certaine, se réalisera un jour. La motivation est revenue !

    Voici donc la suite du Barefoot running book, de Jason Robillard. Les conseils qui suivent sont très généraux et s'appliquent aussi bien aux coureurs pieds nus que chaussés. On commence par l'entrainement :

     

    Peut-être que le génie de l'ultra-marathon réside dans son inutilité absolue. À l'heure des navettes spatiales et des superordinateurs, il est tout simplement insensé de courir d'aussi longues distances à la simple force des jambes : pas d'argent à en tirer, pas de gloire, et dans la plupart des cas, même pas la reconnaissance de nos proches. Et pourtant, poètes, apôtres et philosophes en tout genre n'ont cessé de l'affirmer depuis la nuit des temps : la vie ne se limite pas à la logique et au bon sens. Les coureurs d'ultra le savent au fond d'eux-mêmes, et ils connaissent quelque chose que les sédentaires ont perdu : ils comprennent peut-être mieux que les autres que l'effort physique permet d'ouvrir en grand les portes de l'esprit. En courant sur des distances aussi longues et exigeantes ils répondent à un appel qui vient du plus profond de leur être, c'est une véritable quête d'identité.

    David Blaikie

     

    Les ultra marathons représentent ce qu'il y a de plus extrême dans les capacités humaines. Dans leur article Nature de 2004, les Drs Dennis Bramble et Daniel Lieberman ont exposé une théorie convaincante : les êtres humains auraient évolué pour courir de longues distances et ce, grâce à des particularités anatomiques et physiologiques uniques en leur genre. Cet article est largement décortiqué dans Born to run, de McDougall. L'ultra marathon est l'ultime mise à  l'épreuve de nos spécificités en la matière.

    Un ultra marathon est officiellement une course dont la distance dépasse celle d'un marathon (42,195 km), cela inclut des courses de 50, 80, 100 voire 160 km. Il est tout à fait possible d'atteindre ces distances en chaussures minimalistes ou pieds nus.

    J'ai tout de suite été attiré par les ultras, l'esprit de camaraderie qui anime les coureurs est sans égal. Si vous vous lancez dans ce genre de défi, les quelques astuces qui suivent vous seront certainement utiles.

     

    À l'entrainement

     

    Il est essentiel de s'entrainer dans des conditions similaires à celles de la course que vous visez. S'il y a des collines, entrainez-vous sur des collines. Si c'est un trail avec des racines ou des pierres, entrainez-vous sur des sentiers avec des racines et des pierres. Il est très important de vous adapter aux conditions que vous allez affronter.

    Que vous décidiez de le faire pieds nus ou en chaussures minimalistes, il faut absolument connaitre le profil de la course avant de commencer à vous entrainer. Si la reconnaissance du parcours n'est pas possible, essayez d'obtenir des informations de la part d'autres coureurs pieds nus, notamment sur la nature du sol.

    Vous devez vous entrainez sous toutes les conditions climatiques que vous pourriez rencontrer le jour de votre course. Pour cela, recherchez les températures les plus hautes, les plus basses, et la moyenne, afin d'essayer les différents vêtements que vous pourriez porter quel que soit le temps qu'il fera le jour J.

    La musculation est un atout majeur dans votre entrainement, elle améliore la résistance à la fatigue musculaire et le temps de récupération. Pour être le plus efficace possible, votre entrainement en musculation doit vous préparer aux conditions spécifiques aux longues distances. Vous pouvez vous reporter au chapitre des plans d'entrainement si vous voulez plus d'information sur mes entrainements spécifiques.

    À mon sens, la partie la plus importante d'une préparation, quelle qu'elle soit, est bien le repos et la récupération. Il faut savoir que votre corps vous fait payer chaque entrainement, et que des jours de repos lui sont nécessaires pour s'en remettre. Quelqu'un de bien plus cultivé que moi a dit un jour que "le manque de préparation est préférable au surentrainement".

    Vous devez aussi anticiper la quantité d'eau dont vous aurez besoin en fonction des efforts et des conditions climatiques. J'ai déjà fait l'erreur de trop boire sous des températures fraiches, et résultat : j'ai perdu du temps à uriner plus que nécessaire. J'ai même perdu presque une heure à cela sur une certaine course de 80 km.

    Confrontez-vous aux problèmes qui pourraient arriver (ampoules, irritations, nausées, etc.) afin d'apprendre à les gérer au mieux pendant la course. La manière la plus efficace de se préparer aux différentes situations est de les expérimenter pendant vos entrainements. J'ai déjà délibérément omis la crème anti-frottement, couru plus vite que je ne l'aurais dû, et j'ai même mangé un repas de fastfood juste avant une course, tout cela afin de créer volontairement des problèmes et de les résoudre en situation. Dorénavant, lorsque je serai confronté à ces difficultés pendant une course, j'aurai déjà testé et approuvé les stratégies pour les gérer.

    N'hésitez pas à tester tous ce qui est possible en gels, barres et boissons pour trouver ce qui vous convient. Lorsque les kilomètres commenceront à s'accumuler, vous affinerez vos choix en matière de nutrition. Personnellement j'aime beaucoup le sucré en début de course, mais je ne le supporte plus au-delà du trentième kilomètre. Lorsque plus rien ne passe, je me rabats sur des graines de chia que je prends avec de l'eau ou du vin dilué. C'est une étrange association, mais qui me convient parfaitement.

     

    Des conseils pleins de bon sens qui peuvent se résumer à celui-ci : si on veut réussir une course, il faut éliminer toutes les inconnues possibles au cours de la préparation. Bien sûr, certains testeront d'autres stratégies : j'ai en tête cet article (parmi d'autres) d'un blog que j'affectionne particulièrement et dont l'auteur s'inflige des contraintes qui vont à l'encontre de ce qu'on peut lire habituellement sur les méthodes d'entrainement. À chacun de trouver midi à sa porte !

     

    précédent : les tapis de course

    suivant : pendant la course

    « No pain no gainUltra marathons : pendant la course »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    macin2ch Profil de macin2ch
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 22:37

    Super Boulot (Good job ! )

    William

    2
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 16:24

    "Peut-être que le génie de l'ultra-marathon réside dans son inutilité absolue."

    J'adore...

    3
    Jeudi 18 Septembre 2014 à 06:52

    Merci d'être passé ! (et de me rappeler que j'ai un travail en cours de réalisation... un jour je la finirai, cette traduc wink2 )

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :